Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.06.2015

Nouveaux dessins

Bonjour à tous. Longtemps que pas publié ici. Voici donc de nouvelles oeuvres dans la section dessins. C'est mon travail actuel. Enjoy !

19.10.2014

Thème et variations

Je pourrais dire qu'il y a des milliards de façons d'être poète... mais je mentirais je crois, honteusement, sans le savoir, ou pas tellement. - Non, il n'y a pas plusieurs poésies: il y a plusieurs voix ; pas plusieurs rythmes, mais un même souffle, découpé sous forme de thème et variations, de tangage constant, entre l'universel et le pouls de chacun.

- Mais on revient toujours au même point. Pulsation.

- Le bateau ivre ne revient pas au port, mais au livre refermé, puis aux ongles de la main qui tient le livre, puis à l'esprit du corps écarquillé, qui tient la main, le livre et au tumulte déployé là, sous ses yeux.

- La poésie c'est de l'essence d'art, c'est une extrême attention, c'est une méta-pensée surplombant le champ des expériences. Je m'en rends compte lorsque je vois le nombre de voies artistiques que j'explore, je sais intuitivement qu'au pied de chacun de mes brouillons il y a cette cadence poétique, cet esprit de synthèse et de ramifications multiples qui fait le gras du poème.

- Aussi, je commence à comprendre la poésie, depuis 12 ans que j'écris je commence à peine à savoir ce que je fais ; j'ai bien des faiblesses, mais en état de poésie avancée je suis tout-puissant, le maître d'une logique évoluant syllabe par syllabe, respiration par respiration - Je suis nu, je racle près de l'os, je définie un thème intime pour amener d'universelles variations.

- Et je crois aux poètes. - Et j'aime les poètes. - Et je pense secrètement que c'est le regard poétique qui sauvera notre époque. On n'a pas besoin de réformes de société, mais de réformes de regard, et de confiance, et de sens aux actes de la vie. Il faut réaliser notre réalité. Sinon nous perdrons toute substance, et d'un souffle contraire de l'histoire, nous disparaîtrons à la vitesse d'un formatage. Soyez profonds, soyez attentifs, soyez conscients. L'époque réclame des héros. Une armée de coeurs communs.

11.09.2014

Alain Soral ou la parodie totalitaire

La télé sur internet est d’autant plus effrayante, qu’elle est orientée, très orientée ; ER, Kontre Kulture, ou la plupart de ces télés émergeantes sur le net ont ceci de commun qu’elles sont là pour relayer des discours essentiellement portés sur la liberté d’expression, c’est-à-dire sur la résistance à l’opresseur, c’est à dire sur Dieudonné et, surtout, sur le plus dangereux: Alain Soral.

La dissidence est un label, la résistance, une pensée unique, totalitaire, déguisée sous les traits d’un posture visant à dire qu’on nous a touours menti, et que les prétendues victimes d’hier sont en réalité les bourreaux d’aujourd’hui... Et de ratisser large en réveillant chez chacun un esprit révolutionnaire aussi superficiel que dangereux, l’un venant juste après l’autre. Aussi, ce prétendu combat contre le Sionisme est, je pense, une affaire hautement personelle entre Soral et son Narcissisme excacerbé par la provoc’, par l’esprit de provoc’. Je regarde beaucoup de ces émissions contre culturelles et dans AUCUNE d’elle, je ne trouve de débat allant à l’encontre des idées de Soral, allant à l’encontre du label (de la marque) Dissidence.

Ce dernier, je le remarque, est en réalité le maître de la Parodie: les discours d’hommes politiques, de féministes, ou, plus fréquemment, de Juifs (ou Sionistes, mais je doute qu’on fasse encore la différence) sont systématiquement parodiés: on remplace les voix, on met une musique ridicule, on fait déffiler un bandeau en bas de l’écran... Et moi, sérieusement, ça me rappelle les caricatures sur les juifs dans la France de Pétain. D’ailleurs, lorsque Soral, dans une de ses vidéos du mois (dont je me tape le blabla pseudo sociologiquedurant deux heures à chaque fois !) lorsque Soral parle des animateurs de canal + et de leur «petit corps et grosse tête», il les compare à des sous-hommes ; dans une autre de ces vidéos, il cite carrément Hitler comme étant l’un de ses modèles ! Et à chaque fois, dans ma position d’ennemi qui s’intéresse, je ne peux m’empêcher de me dire que ce mec est fort. Parce qu’il parle à nos haines, qu’elles soient de Gauche ou de Droite («gauche du travail, droite des valeurs»), mais également à la haine de gens voyant surtout, en gros plan, l’acte de provoquer, de crier fort, d'écorcher les noms et de mépriser l’ensemble de la classe politique, et, plus globalement, d’un système qui les étouffe. Il ratisse large le bougre !

Et là où je pense, qu’à la base du moins, Dieudonné était sincère dans son combat pour la liberté d’expression, je ne voie en Soral qu'une sorte de pervers narcissique se repaissant de sa position d’ennemi public n°1. Il est d’ailleurs amusant de voir que dans ses «conseils de lecture», il ne parle que d’écrivains qui, à un moment donné, ont écrit des saloperies antisémites (j’allais voir à chaque fois !) ou, tout simplement, qui se sont rendu infréquentable à un moment ou à un autre... Comme lui quoi ! Soral aime Soral et point barre, du moins c’est ma théorie.

Mais, encore une fois, l’arme de Soral, c’est la parodie, et celle-ci vient même entacher les extraits de débats télévisés qu’on peut trouver sur Youtube, puisque souvent, avant le débat sont notées des phrases, des citations, visant à décrédibiliser, à ridiculiser («atomiser», «clasher», "détruire") l’un des débateurs au profit de l’autre.

Toutes les vidéos ayant un rapport, de près ou de loin, aux thèmes brûlants de l’actualité sont orientées. Il m’a par exemple été impossible de regarder quelque vidéo «neutre», sur le négationnisme, la question de l’immigration, ou, pire encore, sur le conflit «Israélo-Palestinien.

Voilà pourquoi cette liberté d’information que nous croyons avoir sur les chaînes dissidentes du net est un leurre terrible, car appuyant cette phrase d’un djeunes à la sortie d’un spectacle de Dieudonné: «nous toute façon, avec internet on est une génération qu’on sait tout !»

Non mon gars tu sais pas tout, et tout ce qu’on te refourgue avec le label «Vérité cachée» porte les germes d’une dictature de la libre pensée.

Voilà pourquoi je te conseille, je vous conseille, je nous conseille, de ne pas boycotter la télé comme le dit Soral, mais de regarder UN PEU la télé, UN PEU internet, et UN PEU les journaux. Et aussi que ce n’est pas parce qu’un type vous dit: «toute notre histoire est un mensonge», qu’il faut pour autant pourrir notre avenir avec ce constat. Les complots ont toujours existé, tout le monde le sait, mais c’est pas une raison pour en voir partout. C’est la base de la pensée sectaire appliquée à l’anti-sectarisme, c’est un communautarisme qui se bat contre le communautarisme. C’est la dictature par la liberté et, franchement, ça pue ça pue ça pue. Et c’est pour cela que je veux garder le nez dans la merde. C’est important car, au final, plus Soral sera tabou, plus les gens le suivront. C’est comme ça. C’est la mode. Et la mode fera des morts. C'est aussi certain que la certitude est le mal de notre époque. Putain.